Gérer les phobies avec la sophrologie

 

 

La phobie est une vraie souffrance physique et mentale méconnue.

Souvent les patients, qui viennent consulter me disent la vivre de façon honteuse. 


Phobies : un vrai handicap qui peut empoisonner votre vie au quotidien

  • Vous êtes tétanisé à l’idée de monter dans un ascenseur, de voyager dans le métro ou l’avion...
  • Vous avez une peur panique de certains animaux : insectes, oiseaux, chiens …
  • Vous êtes terrorisé dans l’eau, dans le noir, par les orages, le vide.
  • Vous avez peur du sang, des hôpitaux, de vous étouffer, de vomir, de tomber.
  • Vous êtes angoissé dans la foule, les grands espaces.
  • Prendre la parole en public, demander un renseignement à un inconnu, passer un entretien professionnel vous terrorisent.

 

Vous souffrez de phobies !

 

Ces violentes crises de panique  amènent les personnes phobiques  à éviter les situations  où elles ont eu  lieu.

Par peur de revivre cette sensation et de ne pouvoir se maîtriser, elles organisent  peu à peu leur  vie pour ne plus affronter ce traumatisme.

Par exemple, ces personnes pourraient en venir à éviter de rester seules à la maison, d’aller faire leurs courses, de se rendre à la banque, au centre commercial, au cinéma, au théâtre, de prendre le métro ou leur voiture, de voyager.

Ce qui peut être un vrai handicap dans la vie sociale et professionnelle.

 

Or la peur est un processus qui s’auto-alimente : 

Le plus vous allez éviter une situation par crainte, le plus cette peur va se renforcer ;

vous finissez par devenir esclave de vos peurs.



Vous allez pouvoir progressivement reprendre le contrôle de votre vie.

La sophrologie va vous permettre de vous  libérer peu à peu de ces peurs en développant votre confiance en vous pour vous rendre capable de surmonter votre phobie.


La personne phobique est souvent d’un tempérament hypersensible et émotif.

Nous ne sommes pas égaux  biologiquement et génétiquement quand à la gestion d’émotion telle que la peur.

 

La peur va vous faire respirer vite par petites saccades : vous vous hyper ventilez.

Vous éliminez plus de gaz carbonique que le corps n'en produit. Ce qui créé un déséquilibre. Une certaine quantité de CO2 doit être présente dans le sang. Lorsque le gaz carbonique diminue trop, ça provoque la contraction des artères.

Les artères devenant plus petites, le sang circule moins bien et a des difficultés à fournir les organes dont le cerveau.

Des sensations diverses apparaissent alors dans le corps  : fourmillements, engourdissement des membres, étourdissements, sensation de flotter, spasmes musculaires, accélération du rythme cardiaque, maux de tête...

C’est pourquoi, il est important d’apprendre des techniques de contrôle de respiration.

 


Si vous apprenez à maîtriser votre respiration et vos images mentales,     vos  réactions anxieuses anticipées perdront en intensité.

La concentration sur le souffle va permettre :

  • De réduire la montée d’adrénaline 

        - Et de produire des endorphines appelées hormones « anti-stress ».

  • De détourner son attention de l’objet de sa phobie

        - Mais également des sensations de la peur dans le corps et donc de ne pas les alimenter.

 


En sophrologie, les techniques de visualisation sont également utilisées :

  • Progressivement et de façon très contrôlée, vous serez amené à revivre en imagination la situation redoutée en substituant les sensations négatives  d’angoisse par la pratique calmante de respirations profondes.
  • Répéter la  mise en situation sans danger, de façon imaginaire, va permettre au cerveau et à la mémoire de déprogrammer peu à peu la peur.
  • L’absence de danger va peu à peu s’inscrire dans le corps.


Ce qui va vous aider à ne pas prendre la fuite et à affronter la situation.

La peur ne sera pas supprimée mais vécue différemment, de façon plus contrôlée.

Vous allez pouvoir progressivement reprendre le contrôle de votre vie.

Faire face à la situation qui vous effraie deviendra possible.

Bien sûr, il serait bien de consulter également un psychologue pour mieux comprendre la cause de ses peurs.

Mais c’est la confrontation progressive et régulière à  vos peurs avec des outils de respiration et de détente, qui vous libéreront d’elles peu à peu ou vous permettront de  mieux les supporter en l’acceptant.

 


Les crises de panique « sans objet extérieur anxiogène » :

Dans les phobies, un élément extérieur est l’élément déclencheur de la sensation de panique. Dans les attaques d'angoisse ou  de panique, la peur semble sans raison.

 

Causes :

C’est souvent à la fin de l’adolescence ou au début de la vie adulte que le trouble panique survient.

Le premier accès de panique peut arriver suite à une grande tension : deuil, séparation, maladie, accident, accouchement.

Le trouble panique n’a pas de cause unique mais serait le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs génétiques, biologiques et psycho-sociaux.

 


Effets :

La crise se produit souvent dans une situation neutre, dans un cadre familier. La crise est brutale, souvent avec une sensation de mort imminente, de devenir fou.

Quelquefois, des palpitations très fortes ou une douleur ou gêne dans la poitrine amènent la personne à se croire faire une crise cardiaque.

La personne vit dans la crainte permanente de revivre ces épisodes de terreur.

L’absence d’explications logiques alimente son anxiété et son sentiment d’impuissance et peut engendrer  chez elle une déprime ou au contraire une grande agitation.

La détresse engendrée peut être cause de dépression.

 

C’est pourquoi il est nécessaire de consulter simultanément :

  • un psychologue (plutôt spécialisé en thérapie cognitivo-comportementale)
  • un médecin pour éventuellement une prescription d’anxiolytique ou antidépresseur
  • Une sophrologue pour apprendre  à se relaxer afin de mieux gérer son stress et ses crises d’angoisse