Développer sa  confiance en soi, son esprit positif :

 

Beaucoup de personnes viennent consulter pour un problème de confiance en elles-mêmes.

Elles disent avoir une grande difficulté à s’affirmer.

Elles ont un grand manque d’estime d’elles-mêmes.

Elles ressentent un grand pessimisme vis-à-vis d’elles-mêmes et de la vie en général.

Certaines en finissent même à craindre et à éviter toutes situations qui réactivent ces sentiments.

Ce qui peut les amener à une forme de phobie sociale.

Cela peut amener les personnes à s’isoler progressivement.

 

 

Ce manque de confiance peut être une grande souffrance tant au niveau de la vie privée que la vie professionnelle

 


Comment dépasser ses peurs et renforcer une bonne image de soi ?

Ne pas culpabiliser de son manque de confiance en soi :

 

Le cerveau a un penchant négatif naturel qui nous prédispose à voir le danger pour pouvoir l’éviter.

Ceci  provient de nos conditionnements anciens pour la survie de l’espèce.

Ce qui  génère en nous  une anxiété diffuse,  très désagréable.


Notre cerveau stocke plus facilement les informations négatives que positives :


Toutes les expériences négatives, les échecs, les pertes passées laissent des traces.

Le cerveau nous prédispose à l’évitement, minimisant nos capacités pour exacerber nos manques et exagérer les obstacles à venir.



Entraîner son esprit pour la joie, la confiance en soi  est important :

Il ne s’agit pas de nier nos ressentis mais peu à peu d’orienter notre façon de penser et nos actions différemment.

De petites modifications dans son esprit peuvent  provoquer de grands changements dans sa vie :


Il faut savoir tout d’abord que le cerveau a une grande capacité de transformation.

C’est ce qu’on appelle la " Plasticité neuronale ".


Quand l’esprit change, le cerveau change également.

C’est un constat scientifique.

Quand des neurones s’activent ensemble, ils se raccordent ensemble, l’activité mentale crée de nouvelles structures neuronales.

 

Si vous avez l’habitude de penser ou de réagir toujours de la même manière,  vos connections neuronales vont  échanger toujours le même type d'information, créant ainsi des connections neuronales bien enracinées.

Il faut donc être conscient que tout ce qui traverse l’esprit, sculpte le cerveau.

 

Toujours penser que l’on ne va pas y arriver, que l’on n‘est pas assez : intelligent, beau, intéressant, riche… que l’on n’a pas de chance dans la vie, ne fait que renforcer tout ces sentiments.

 

Plus vous allez vous souvenir d’un souvenir désagréable en y pensant et en les ressentant négativement, plus vous allez l’alimenter négativement.

 

Changer son cerveau peut changer sa vie. Cela demande patience, bienveillance envers soi…

 


Désapprendre des façons de penser  qui vous sont néfastes :

la sophrologie travaille à la fois sur le corps et sur l’esprit :


Sur le corps                       

  • Apprendre à s’ancrer dans le sol pour ne pas perdre ses moyens.
  • Travailler sur sa respiration pour mieux gérer son émotionnel.
  • S’affirmer aussi par l’attitude corporelle pour prendre sa place.

 

Sur l’esprit

  • Entraîner son esprit progressivement à glisser du  négatif vers le positif. 
  • Par le biais d’images, de mots, de scénarios positifs, ancrer progressivement la confiance en soi, dans l’inconscient de la personne.


 


Sculpter des chemins différents dans le cerveau par le biais de visualisations positives : 


Lors d’une projection en imaginaire (visualisation) d’une situation redoutée :

rencontre affective, examens, on utilisera des capacités passées où la personne s’est sentie valorisée, en sécurité.

Revivre les "souvenirs sensoriels agréables associés" va permettre au  patient de gagner progressivement en confiance, pour affronter ces situations dans la réalité.

Peu à peu, la sophrologie apprend à la personne à se libérer de ses croyances limitantes,

à se débarrasser de ses peurs, à se sentir capable de …



Pour développer les sensations positives et lutter contre le pessimisme :

Sourire mentalement libère de l'ocytocine.

Lorsque nous visualisons un sourire mentalement, cela déclenche la libération de l'ocytocine.
L'ocytocine est une hormone qui est sécrétée par les mamans au cours de l'accouchement et de l'allaitement.

Il s'agit d'une substance liée à l'instinct maternel, aux rapports humains et à l’altruisme.